BOUILLIE

Prononciation : bou-llie, ll mouillées, et non bou-yie
Nature : s. f.

1Aliment fait de lait ou d'un autre liquide et de farine bouillis.
Si l'on veut absolument faire de la bouillie , J. J. ROUSS. , Ém. I Cela s'en va en bouillie, cela a perdu sa consistance pour avoir trop bouilli.
Elle y fut en bouillie en un moment , SÉV. , 282
Fig.
C'est une âme de bouillie , SÉV. , 44
De la bouillie pour les chats, de la besogne perdue ; de la peine sans profit.
2Pâte formée avec les chiffons bouillis, pour faire le papier et le carton. XIIIe s.
Je di que boine boulie Et viande de maisnie Vaut mieus.... , Bibl. des chartes, 4e série, t. V, p. 348
Nous savons bien que li quens Renaus a brasset ceste boulie, pour le descort dou conte de Saint-Pol , Chron. de Rains, 145
Ceste l'aleta de son lait, N'ot autre boulie à li pestre , la Rose, 10183
XIVe s.
Là junerent deux jours, mengant pain et boulie, N'i a chel à pité qui ne pleurt ne larmie , Baud. de Seb. XI, 778
XVIe s.
Il ne vous faut plus donner de bouillie, vous estes tout dru , OUDIN , Curios. fr.
Bouillir.