BOUFFONNER

Prononciation : bou-fo-né
Nature : v. n.

Faire ou dire des bouffonneries.
Bautru et Nogent bouffonnaient et représentaient, pour plaire à la reine, la nourrice du vieux Broussel qui animait le peuple à la sédition , RETZ , II, 123
Dans les livres de Platon, il [Socrate] bouffonne presque toujours , BALZ. , liv. VI, lett. 5 Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XVIe s.
Allons voir Marc Antoine ou Zany bouffonner Avec son magnifique à la venitienne , DU BELLAY , VI, 33, recto.
Saint-Pont fut laissé pour commander à Mascon, inventeur de toutes cruautez, qui bouffonnoit en les executant , D'AUB. , Hist. I, 145
Ils bouffonnoient sur les harangues du prince , D'AUB. , ib. II, 293
Après avoir bouffonné avec le Mas.... , D'AUB. , ib. I, 343
Bouffon ; ital. buffonare.