BOUFFIR

Prononciation : bou-fir

1V. a. Rendre enflé, en parlant des chairs. L'hydropisie lui a bouffi tout le corps. 2V. n. Le visage lui bouffit tous les jours. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. 3Se bouffir, v. réfl. Devenir bouffi. XIIIe s.
Certes ains les devroient toutes lessier bouffir, Que leur ames por elles as deables offrir , J. DE MEUNG , Test. 1301
XVIe s.
Il en debvoit rapporter l'ame pleine, il ne l'en rapporte que bouffie , MONT. , I, 146
Je me sens, dict il, enfler et bouffir, comme d'hydropisie , MONT. , III, 211
Hectiques, bouffis, lentigineux, et generalement tous cachectiques , PARÉ , VIII, 10
Dont se fait leucophlegmatie, qui fait le corps tout bouffi, et la couleur du visage basanée et blaffarde , PARÉ , XVIII, 71
Les autres sont trop empoulez et presque creux d'enfleures comme hydropiques, les quels pensent n'avoir rien fait d'excellent s'il n'est extravagant, creux et bouffy , BONS. , 584
Et d'autre part on le [l'homme] trouvera tout enflé et bouffi de vent , CHARRON , Sagesse, II, 1
Autre conjugaison de bouffer ; bourguig. bôfi.