BOMBARDE

Prononciation : bon-bar-d'
Nature : s. f.

1Machine de guerre usitée dans le moyen âge et qui, à l'aide de cordes et de ressorts, servait à lancer de grosses pierres. 2Après l'invention de la poudre à canon, pièce d'artillerie ancienne, qui ressemblait aux mortiers d'aujourd'hui, et qui servait à lancer de gros boulets de pierre. 3Galiote à bombes. 4Terme de musique. Sorte d'ancien hautbois ; guimbarde. Nom d'un des jeux de l'orgue, mais qui s'emploie rarement. Les jeux en pédale ont aussi des bombardes. 5Gueule d'un four à briques. XVe s.
Ils firent ouvrer une bombarde merveilleusement grande, laquelle avoit cinquante pieds de long, et jettoit pierres grandes, grosses et pesans merveilleusement ; et quand cette bombarde decliquoit, on l'oioit bien de cinq lieues loing par jour, et dix par nuit, et menoit si grant noise au decliquer, qu'il sembloit que tous les diables d'enfer fussent au chemin , FROISS. , dans DU CANGE, bombarda.
Et le fit pourvoir [le château] moult bien d'espingoles, de bombardes et d'arcs à tour et d'autres instrumens , FROISS. , I, I, 315
Et faisoit apporter bombardes et pots pleins de chaux vive pour jeter sur les assaillans , FROISS. , I, I, 173
Fist ledit duc tirer la bombarde et les deux coups de serpentine , COMM. , II, 13
Les quelz deux menestriers le suppliant apela en disant : Donnez-nous une dance ; l'un desquelz ne voult demourer.... le suppliant ala le querre, et lui dist : Baillez-nous vostre bombarde, et nous la porterons, puisque vous n'y voulez venir , DU CANGE , bombarda.
XVIe s.
Les Tuningeois avoient certains tonneaux de fer ou bombardes, et avec ce ils tiroient force tonnerres de feu. - Ceste machine [canon] a esté premierement appellée bombarde, à cause du bruit qu'elle fait, que les Latins conformement au naturel du son appellent bombus , PARÉ , IX, Préf.
Bas-lat. bombarda, de bombus, bruit, fracas. L'instrument de guerre et l'instrument de musique ont été ainsi nommés du bruit qu'ils font.