BLANDICES

Prononciation : blan-di-s'
Nature : s. f. plur.

Flatteries pour gagner le coeur ; charmes, jouissances.
Je trouvais à la fois dans ma création merveilleuse toutes les blandices des sens et toutes les jouissances de l'âme , CHATEAUBR. , dans le Dict. de POITEVIN. Vieux.
XVe s.
Adulacion n'est autre chose, fors, fainctement par mençonge, loer autry par controuvée blandice , CHRIST. DE PISAN , Hist. de Ch. V, part. II, ch. 18
XVIe s.
.... sans avoir pu estre esmue par la memoire des blandices, compagnes d'un nouveau mariage , YVER , p. 566
Toutes ces blandices ne sont qu'autant de pieges à leur liberté , MONT. , dans le Dict. de POITEVIN.
Blanditiae, de blandiri, flatter, faire des caresses. Au reste, blandir était un ancien verbe : XIIIe s.
Tant [il] les blandi et losenga Que avoec lui les a menés , Lai de Melion
Dame Hersent lor vint devant, Si les a blandiz et proiez , Ren. 457
XVe s.
Es grans cours fault souvent faire le sourt, Qu'on ne voit rien, et qu'on ne scet parler, Autrui blandir.... , E. DESCHAMPS , De la manière d'estre à la cour Le substantif blandices et le verbe blandir sont à regretter.
BLANDICES. - REM. Le passage de Chateaubriand cité d'après le Dictionnaire de Poitevin se trouve dans les Mém. d'outre-tombe (éd. de Bruxelles), t. I, Dernières lignes écrites à la Vallée-aux-loups, Révélat. sur le mystère de ma vie. XVIe s. Ajoutez :
À l'encontre des immoderées et charmeresses blandices de la volupté , MONT. , IV, 300