BISTOURNER

Prononciation : bi-stour-né
Nature : v. a.

1Tourner, courber un objet de manière à le déformer. 2Terme de vétérinaire. Châtrer un animal en tordant les vaisseaux testiculaires. 3Se bistourner, v. réfl. Devenir bistourné. Ses jambes se sont bistournées. XIIIe s.
Quand sor son chemin a songié, Sovent à mi-voie retorne, Et tous nous tempeste et bestorne , la Rose, 14858
Mès or vendent les jugements, Et bestornent les erremens, Et taillent et cuellent et saient, Et les povres gens trestout paient , ib. 5604
Ci encoumence li diz de Renart le bestornei , RUTEB. , 196
Bestourné, surnom de Saint-Benoît, église de Paris, parce que, contre l'usage, le choeur regardait l'Occident , Paris sous Philippe le Bel, par GÉRAUD, p. 423
Pour ce qu'il ne soit perix [péril] que la verité soit bestornée par faus tesmoins.... , BEAUMANOIR , XXXV
XIVe s.
Et trouva l'eure bastournée [malheureuse] , G. GUIART , t. I, p. 121
Après vint le flo de la mer Qui la riviere a bestournée , G. GUIART , t. II, p. 369
XVe s.
[Fortune] oncques ne sejourne, mais toujours tourne et bestourne, et le plus haut monté sur la roue en la boue estrangement retourne , FROISS. , III, IV, 30
Les povres que rigueur proscript Et que fortune betourna , CH. D'ORL. , Bal. 102
[Le vin] bestourne le sens [de l'homme] et le ramene comme à nature de beste, qui n'a nulle raison, et luy trouble la veue , Hist. de Bouciq. I, ch. 7
Norm. bestourner ; ital. bistornare, changer en mal ; de la particule péjorative bis- (voy. BIS- préfixe), et tourner : proprement, mal tourner.