BISCUIT

Prononciation : bi-skui ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des biscuits excelle
Nature : s. m.

1Pain taillé en forme de petite galette et très dur dont on fait provision pour les voyages sur mer. Fig. S'embarquer sans biscuit, se mettre en voyage sans provisions suffisantes ; s'engager dans une entreprise sans s'être préparé suffisamment. 2Pâtisserie faite avec des oeufs, de la farine et du sucre. Biscuit à la cuiller. 3La pâte du potier et du faïencier. 4Ouvrage de porcelaine cuite au four et non émaillée. Une statuette en biscuit. 5Partie dure et pierreuse qui se rencontre dans la chaux éteinte. Tuile trop cuite. Biscuit de mer, l'os de la seiche. 6Dans la teinturerie, fausse teinture qui ne résiste pas au débouilli. XIIe s.
Piment e vin e nieles e pain bescoit , Gerard de Ross. p. 320
XIIIe s.
Et puis s'est un petit desjeuné de pain biscuit et de vin , H. DE VALENC , IV
Ne pain, ne chair, ne vin, ne gastiaux, ne bescuit , Berte, XXXVI
Gens qui portoient une maniere de pains que l'en appelle bequis, pour ce que il sont cuis par deux foiz , JOINV. , 220
Trois sacz de becuiz , ID. , 286
XVIe s.
Il y avait 11000 quintaux de biscut , D'AUB. , Hist. III, 87
Provenç. bescueg, bescueit ; catal. bescuyt ; espagn. bizcocho ; portug. biscuto ; ital. biscotto ; de bis, deux fois (voy. BIS 2), et coctus, cuit (voy. CUIRE).