BILLOT

Prononciation : bi-llo, ll mouillées, et non bi-yo ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's s
Nature : s. m.

1Gros tronçon de bois à hauteur d'appui, aplani sur sa partie supérieure. Un billot de cuisine. Couper, hacher de la viande sur un billot. 2Bloc de bois sur lequel on appuie la tête d'un homme condamné à être décapité. Fig. et par exagération. J'en mettrais ma tête, ma main sur le billot, je garantis ce que j'avance de la manière la plus formelle. 3Fig. Un livre trop gros, trop épais pour son format. 4Bâton qu'on attache le long du flanc des chevaux que l'on conduit les uns à la suite des autres. Mors de bois qu'on emploie pour le cheval, et qu'on entoure de substances médicamenteuses. Bâton qu'on suspend au cou des chiens pour les empêcher de chasser ; au cou des chevaux et des vaches pour les empêcher de courir. Les maréchaux appellent billot un tronçon d'arbre sur lequel ils contre-percent les trous du fer à cheval ou placent l'enclume. Morceau de bois sur lequel le cordonnier frappe les semelles. XIVe s.
Fut donné congié à Jehan le Febvre carbartier de pendre le billot [billot, la pancarte du péage, ainsi dite du pieu, du billot auquel elle était attachée] au pont de Thasnes pour receuiller [recueillir] le travers mons. de Heilly , DU CANGE , billonus.
Prenez un billot qui ayt ung demi pié de long, et l'aplanez à ung bout , Modus, f° CXXIV, verso
Diminutif de bille, pièce de bois (voy. BILLE 2) ; provenç. bilho. On trouve aussi dans la bouche du peuple, billot pour gros bâton : il est armé d'un billot. Billot avec ce sens n'est plus du bon langage ; mais il en a été : billot, diminutif de bille, pouvant aussi bien signifier une grosse branche qu'un tronçon de l'arbre. BILLOT. - HIST. Ajoutez : XVIe s.
Pour le debvoir d'impost de chacune pipe de vin, hors le creu nantois, doit XLV sols VIII deniers.... pour le debvoir de billot.... , MANTELLIER , Glossaire, p. 13