BIFFE

Prononciation : bi-f'
Nature : s. f.

Pierre précieuse contrefaite. XVIe s.
Il achapta une fois un diament faux, fort grossierement faict ; quoy voyant, un sien ami lui dit : Vous n'avez gueres à faire de porter ceste biffe , les Contes du sieur Gaulard, p. 33
Il est possible que biffe soit, en ce sens, une altération de l'italien beffa, tromperie, attrape. Mais il y avait dans l'ancien français, biffe, signifiant une sorte d'étoffe (voy. BIFFER, à l'étymologie). 1Instrument employé dans l'administration du timbre pour annuler les empreintes des timbres apposés par erreur ou supprimés. 2Empreinte de cet instrument. Des pièces d'ordre employées à l'atelier général du timbre portent ces mots : biffe du timbreur débiteur, biffe du timbreur créditeur, pour indiquer la place de l'empreinte de l'outil servant à chacun d'eux.