BIENFAISANT, ANTE

Prononciation : biin-fe-zan, zan-t' ou biin-fè-zan, zan-t' ; cette dernière prononciation est usitée de préférence d
Nature : adj.

1Qui aime à faire du bien.
Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnaissant, bienfaisant , PASC. , dans COUSIN
Elle a usé chrétiennement de la bonne et de la mauvaise fortune ; dans l'une elle a été bienfaisante ; dans l'autre elle s'est montrée toujours invincible , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Dans toute l'administration de la justice, il nous paraissait un homme que sa nature avait fait bienfaisant, et que la raison rendait inflexible , BOSSUET , le Tellier.
Et vous, divinités aux hommes bienfaisantes, Qui tempérez les airs, qui régnez sur les plantes , LA FONT. , Quinquina, II
César bienfaisant est mort assassiné , VOLTAIRE , Triumv. V, 5
2Dont l'influence est utile, en parlant des choses. La bienfaisante nature. Des soins bienfaisants. Une liqueur bienfaisante. XIIIe s.
Ja ne sera si bien fesans, Que chascuns ses ovres ne blasme , la Rose, 8006
XVe s.
Là eut un fort assaut et perilleux, et moult de bienfaisans d'un costé et d'autre , FROISS. , I, I, 163
Bien, faire ; bourguig. béfeusant. Dans l'ancienne langue, bienfaisant voulait dire non pas seulement celui qui a de la bienfaisance, mais, en général, celui qui fait bien en quoi que ce soit. Ainsi l'on était bienfaisant dans une bataille, quand on s'y comportait bravement.