BIEN-FAIRE

Prononciation : biin-fê-r'
Nature : v. n.

Faire plaisir, faire du bien à quelqu'un. Il se plaît à bien-faire à tout le monde.
Sa première inclination est de nous bien-faire , BOSSUET , Bonté, I
Il reçoit comme un bienfait, quand nous lui donnons le moyen de nous bien-faire , BOSSUET , I, Visit. 2
L'homme en bien-faisant ne dépend que de lui-même , J. J. ROUSS. , Ém. V
Ce mot a vieilli ; mais il pourrait encore être employé, surtout aux modes et temps où Bossuet et J. J. Rousseau s'en sont servis. XIIIe s.
Et bien li porterent tesmoignage cil qui là furent, qui par son bienfere furent rescous, et bien furent tout près d'estre perdus , VILLEH. , CXXXV
Ses bien-faire ne li pot riens valoir , Chron. de Reims, 141
XIVe s.
Ceulz qui ont bienfait veulent que ceulz vivent à qui il ont bienfait, pour gaigner et recevoir d'eulz graces et retributions , ORESME , Eth. 273
XVe s.
Quant Dieu fut las de leur bien-faire , COMM. , I, 3
XVIe s.
Cette sienne liberalité consiste à leur mettre en main les moyens de luy bien-faire , MONT. , I, 217
Qu'il ayt besoin de moi, je lui bienferay volontiers , MONT. , I, 270
Chacun est obligé de bien faire aux plus inconnus , LANOUE , 73
Bien, faire. 1. BIEN-FAIRE. - REM. Ajoutez : 2. Aux exemples cités ajoutez ceux-ci de Malherbe :
Celui-là sait très mal comme la libéralité doit être exercée, qui choisit un méchant pour lui bien-faire , MALH. , Lexique, éd. L. Lalanne
Puisque je suis si curieux de savoir à qui j'aurai bien-fait... , ID. , ib.
L'action de bien-faire, de faire du bien.
Vous ôtez ce qu'il y a de plus beau et de plus spécieux au bien-faire, qui est de donner , MALH. , Lexique, éd. L. Lalanne
Le bien-faire est, de soi-même, une chose désirable , MALH. , ib.