bien-etre

Prononciation : biè-nê-tr' ; quelques-uns disent biinnê-tr', en donnant, à tort, à biin le son nasal de in dans in-d
Nature : s. m.

1État du corps ou de l'esprit dans lequel on sent qu'on est bien. Le gouvernement veille au bien-être public. La fièvre ayant cessé, il éprouva du bien-être.
Les chats sont possesseurs d'un bien-être qui n'attend rien de nous ; avec quelle économie ne jouissent-ils pas du bien-être ! , MONTCRIF , dans DESFONTAINES
2État de fortune convenable, douce aisance. Il regrette le bien-être qu'il a perdu.
J'attends de votre volonté seule un sacrifice de quelques années, d'où dépend l'établissement de votre fille et le bien-être de toute votre vie , BERN. DE S.-P. , Paul et Virg.
La misère avait affaibli les ressorts de l'âme de M. André ; le bien-être leur a rendu leur élasticité , VOLT. , l'Homme aux quarante écus, le bon sens de M. André
XVIe s.
Nostre bien estre, ce n'est que la privation d'estre mal , MONT. , II, 215
Bien, être.