BEURRE

Prononciation : beu-r'
Nature : s. m.

1L'un des principes constituants du lait de la vache et de quelques autres quadrupèdes mammifères, comme la brebis, la chèvre, etc. Substance grasse que l'on tire de la crème du lait en la battant. Beurre frais. Beurre salé.
On inventa des charges de conseillers du roi contrôleurs aux empilements des bois, des contrôleurs-visiteurs de beurre frais, des essayeurs de beurre salé , VOLT. , Louis XIV, 30 Lait de beurre, petit-lait qui reste dans la baratte quand on a fait le beurre.
Fig. Promettre plus de beurre que de pain, promettre plus qu'on ne peut, qu'on ne veut tenir. Fig. et familièrement. On y entre comme dans du beurre, cela se coupe, se fend, s'ouvre sans résistance. Terre de beurre, elle fondra au soleil, dicton des marins pour désigner un brouillard lointain qu'un oeil inexpérimenté prend pour la terre.
2En termes de cuisine, nom de plusieurs préparations dont le beurre est la base. Beurre d'anchois, beurre de piment, beurre d'ail, etc. Beurre fondu, beurre qu'on a fait fondre pour le conserver, en le purgeant de tout ce qui le ferait aigrir. Beurre noir, beurre qu'on a fait noircir pour certaines sauces. Populairement. Avoir les yeux au beurre noir, avoir les yeux meurtris et gonflés par un coup. Oeufs au beurre noir, oeufs frits légèrement dans du beurre noir et assaisonnés avec du sel, du poivre et un filet de vinaigre. 3Beurre de mai, beurre fait dans le mois de mai, et considéré superstitieusement comme un onguent propre à guérir plusieurs sortes de plaies. On le prépare avec du sel et on l'étend sur un morceau de toile qui prend le nom de toile de mai.
De la graisse de loup et du beurre de mai , RÉGNIER , Sat. X
4Beurre de cacao, huile grasse, concrète, qu'on obtient des amandes du cacaotier. Beurre de cire, composé obtenu par la distillation de la cire, et employé autrefois comme résolutif. Beurre de coco, graisse blanche, suave et de consistance onctueuse, renfermée dans les noix de cocotier. Beurre de palme, huile végétale de la consistance du beurre, qu'on retire d'un arbre qui croît dans le pays de Bambouc, en Afrique, et que l'on pense être l'elais guineensis, L. 5Beurres minéraux, nom que les anciens chimistes donnaient à certains composés peu consistants, déliquescents, tels que les chlorures d'antimoine, de zinc, d'étain et de bismuth, etc. Beurre de montagne ou beurre de roche, mélange d'argile, d'alun, de fer et de pétrole qu'on trouve en Lusace et en Sibérie. XIIIe s.
Les burres vont trestot devant , Fabli. BARBAZAN, t. IV, p. 88
XVe s.
Pleüst Dieu que je fuisse uns chiens, Ensi que tu es, par nature ; S'auroie dou pain et dou bure Au matin, et la grasse soupe , FROISS. , le Débat du cheval et du lévrier.
Bien lui sembloit, que s'il en pouvoit venir à chef, que Monseigneur auroit beure pour oeuf [la pareille] , LOUIS XI , Nouv. III
XVIe s.
Qu'il entreroit dedans Strasbourg et les aultres villes du Rhin comme dedans du beurre , CARL. , IV, 15
Des reliefs des beurres on fait la burate, pour servir durant l'année à l'appareil des viandes de la grossiere famille. La burate se fait ainsi : ce qui demeure en la beurriere, après en avoir tiré le beurre, est mis dans un sachet de toile pour s'y esgoutter.... , O. DE SERRES , 288
Bourguig. et picard, bure ; provenç. buire, boder ; ital. burro ; de butyrum, terme grec dérivé de deux mots signifiant vache (voy. BOEUF) et fromage. BEURRE. Ajoutez : 6
Arbre à beurre, nom de plusieurs sapotacées, et notamment du bassia butyracea, Roxb. dont les graines fournissent par expression le beurre de Galam , BAILLON , Dict. de bot. p. 247
Espèce de poire fondante. Un beurré gris. Une poire de beurré. Beurre.