BESANT

Prononciation : be-zan
Nature : s. m.

Ancienne monnaie en usage dans l'Orient et aussi dans l'Occident. Le besant était un sou d'or, dont la valeur a varié.
Les émirs s'en tinrent aux 800 000 besants d'or auxquels le soudan avait voulu se restreindre , VOLT. , Moeurs, 58
Chaque homme fut obligé de donner pour rançon dix besants d'or , CHATEAUB. , Itin. II, 276 Besant blanc, besant d'argent. Terme de blason qui se dit d'une pièce d'or sans marque. Les Français en mettaient autrefois sur les boucliers, pour faire connaître qu'ils avaient fait le voyage de la terre sainte.
XIe s.
Tant i aura de besans esmerez , Ch. de Rol. IX
XIIe s.
Besan d'or mer [pur] , Ronc. p. 3
Teins ni blasons ne lui vaut un besan , ib. p. 62
Cinq besans de fin or que li clers recollit , ib. p. 191
Guiteclins les paia [les jongleurs] d'or fin et de besanz , Sax. v
Naaman se esmut de Sirie à forment riche cunrei, portad granment argente sis milie besanz , Rois, 362
XIIIe s.
Or as escieles [maintenant courez aux échelles], et qui premier i enterra [entrera], il aura mil besans , Ch. de Rains, p. 100
Ele a pris mainte forteresce Qui coustoit plus de mil besens , la Rose, 10803
Il paiera au seigneur de l'amende de celui mesfait trois bezans de la monée de celui pays , Ass. de J. I, 186
Et ce firent il, pour ce que le soudanc donnoit de chascune teste des chrestiens un besant d'or , JOINV. , 218
XVe s.
Et cuidoit de commencement que ce fussent besans d'or ou pierres precieuses que l'Amorath lui envoyast pour le attraire , FROISS. , II, III, 26
Byzantius, sous-entendu nummus, pièce de Byzance, parce que les empereurs de Constantinople firent frapper cette monnaie.