bellatre

Prononciation : bè-lâ-tr'
Nature : s. m. et f.

Celui, celle qui, se croyant beau, belle, affecte les airs des jeunes gens avantageux, des femmes coquettes.
J'avais toute la raison, le droit et l'intérêt de ne pas subir le joug audacieux et nouveau de ce vieux bellâtre , SAINT-SIMON , 341, 217
Je n'ai pas reçu de nouvelles de M. de Richelieu touchant son bellâtre de Bellecour [un acteur] , VOLT. , Lett. d'Argental, 10 avril 1764
XVIe s.
Sa femme laquelle estoit assez bellastre , RAB. , Pant. III, 25
Bel (voy. BEAU), avec la terminaison âtre, qui est péjorative.