BEDEAU

Prononciation : be-dô
Nature : s. m.

1Bas officier d'une église, portant verge ou masse, et qui sert les prêtres, leur fait faire place et leur rend d'autres petits services ainsi qu'aux marguilliers. 2Autrefois, employé d'Académie, appelé aujourd'hui appariteur.
Suivi par un recteur de bedeaux entouré , BOILEAU , Sat. VIII
3Scarabée bedeau, l'aphodie du fumier. XIIe s.
Tant i a prevoz et bedels, Et tant bailliz viez et nouvels, [que les paysans] Ne puent aveir paiz nule heure , WACE , Rou, 5975-6074
XIIIe s.
Si herberge ele mainte gent, El leur qu'el n'a ne bel ne gent, Bediaus et bailliz et borgois, Qui trois semaines por un mois Lessent aler à pou de conte , RUTEB. , II, 39
Nous commandons que baillifz, ne prevos ne autres ne tieignent trop grant plenté de serjans ne de bediaus, pource que le peuple ne soit grevé , JOINV. , 295
Li bedel sont li mineur serjant qui doivent prendre les nans [gages], et les offices faire, qui ne sont pas si honestes et les meneures semonces , DU CANGE , bedelli.
XVe s.
Varlez, bedeaus, sergentereaus, Executeürs des sentences De Dieu sur ceulx qui font offences , Mir. de Ste Genev
Bas-lat, bedellus ; provenç. bedel ; ital. bidello ; de l'anc. haut-allem. put-il, crieur public ; allem. mod. Büttel, sergent de ville. Dans l'ancien français, au nominatif singulier, li bedels ou li bedaus ; au régime, le bedel ; au nominatif pluriel, li bedel ; au régime, les bedels ou les bedaus.