BEAU-FILS

Prononciation : bô-fî
Nature : s. m.

Fils de la personne qu'on a épousée ; gendre. Au plur. Des beaux-fils. Beau, fils. Beau est ici un terme d'affection qui, se disant très souvent dans le moyen âge quand on s'adressait à des personnes qu'on aimait, bele suer, bele amie, biaus dous fils, etc. s'est attaché, dans la langue nouvelle, aux termes de parenté par alliance.
St Louis disait à son fils : Biau filz, la premiere chose que je t'enseigne, c'est que tu mettes ton cuer en amer Dieu , JOINV. , Éd. FR. MICHEL, p. 236 L'ancienne langue disait fillastre pour beau-fils, marastre pour belle-mère, parastre pour beau-père ; mais la finale astre ayant pris décidément un sens péjoratif, la langue s'est sentie inclinée à chercher une périphrase, et elle l'a trouvée dans l'usage ancien qui faisait de beau un terme d'affection, surtout entre parents.