BAVETTE

Prononciation : ba-vè-t'
Nature : s. f.

1Petite pièce de toile qu'on attache sur la poitrine des petits enfants, pour recevoir la bave.
On n'est pas sitôt à la bavette, Qu'on trotte, qu'on raisonne, on devient grandelette , LA FONT. , Coupe. Par extension.
La soeur de Mme de Montespan avait les yeux fort chassieux, avec du taffetas vert dessus, et une grande bavette de linge qui lui prenait sous le menton , SAINT-SIMON , 190, 35
Être à la bavette, être dans la première enfance ; et figurément, être encore trop jeune pour se mêler des choses dont il s'agit.
De Maurice de Saxe vainqueur au prince à la bavette il y a quelque différence , P. L. COUR. , I, 300
Familièrement. Tailler des bavettes, passer son temps à bavarder.
2En termes d'architecture, bande de plomb dont les bords des chéneaux sont couverts. 3En termes de boucherie, bavette d'aloyau, partie du boeuf faisant suite à l'aloyau jusqu'au pis ou l'analogue du pis. 4Plastron que porte le boyaudier. Dans la préparation du hareng saur, faîtière de terre pour l'issue de la fumée. XIIIe s.
[Il] Faut pour l'enfant Et le malleil et la bavete , Choses qui faillent en menage
XVe s.
Ne laissez à oster vostre chaperon, chapel ou bavette dessus vostre chief , Jehan de Saintré, ch. VIII
Baver ; bourguig. baivaite ; Berry, bavette, bavousette, partie la plus haute et la plus étroite d'un tablier de femme.