BAUGE

Prononciation : bo-j'
Nature : s. f.

1Gîte fangeux du sanglier.
Ce sanglier était sale et couvert de la boue de sa bauge où il s'était vautré , FÉN. , XIX, 70 Par extension.
L'écureuil sort de sa petite bauge, fuit sur un autre arbre , BUFF. , Écureuil.
Populairement. Avoir tout à bauge, être dans l'abondance. Cette locution a vieilli.
2Mortier de terre grasse mêlée de paille. 3Nom d'une sorte de droguet de gros fil et de laine grossière, qui s'est fabriqué en Bourgogne. XVIe s.
Dedans faisoit sa bauge une beste sauvage, Qui jamais autre part ne cherchoit son gaignage , RONS. , 670
Il observera les bestes, leurs repaires et gistes, licts, chambres, reposées, bauges et tanieres , O. DE SERRES , 993
Berry, bauge, hutte ; norm. bauge, lit ; bas-lat. baugium, bugia. On y rapporte, sans preuve le celtique : gaél. balc, croûte de terre ; et l'allemand ancien nord, bâlkr, cloison. Au sens de mortier, de crépi, on disait autrefois bauche.