BASILIQUE

Prononciation : ba-zi-li-k'
Nature : s. f.

1Terme d'antiquité. Édifice public où l'on rendait la justice, et dont les portiques inférieurs étaient occupés par des marchands. 2Nom qu'on donne à une église principale.
Hélène avait fait enfermer le sépulcre de Jésus-Christ dans une basilique circulaire de marbre , CHATEAUB. , Mart. II, 151
Basilica ; terme grec qui sous-entend maison et qui dérive de royal, de roi. 1. BASILIQUE. 2Ajoutez : Basilique majeure, basilique mineure, titres honorifiques auxquels correspondent certains priviléges canoniques. Basiliques majeures ; il n'y en a qu'à Rome : ce sont les cinq principales églises qui correspondent aux cinq grands patriarcats de l'Église catholique ; on les appelle aussi églises patriarcales. Basiliques mineures, titre accordé, à Rome et hors de Rome, à d'autres églises célèbres par leur antiquité, ou par leurs souvenirs, ou par la dévotion des fidèles ; ainsi la métropole de Paris a été érigée en basilique mineure par l'autorité du Saint-Siège, au commencement de ce siècle. féminin. Terme d'anatomie. La veine basilique, veine qui monte à la partie interne du bras. S. f. La basilique. Saigner à la basilique. XVIe s.
Soudain tu presses le rameau venant de la cephalique, jusqu'à ce que suffisante evacuation de sang soit faite du foye par la veine basilique ou hepatique , PARÉ , IV, 21
Terme grec signifiant royal (voy. BASILIQUE 1) ; veines ainsi nommées par les anatomistes anciens, qui les regardaient comme jouant un rôle important dans l'économie animale.