BARIL

Prononciation : ba-ri ; l'l ne se prononce pas : un baril empli d'eau ; dites : un ba-ri empli ; au pluriel l's se l
Nature : s. m.

1Petite barrique. Un baril d'huile, d'anchois. 2Dans la serrurerie, petit appareil dit aussi tambour, qui fait qu'une porte se ferme. 3Baril à feu, machine de guerre, qu'on remplit de grenades et de toutes sortes de matières combustibles, pour la faire rouler dans un siége sur les travaux des assiégeants. 4Réunion de 450 feuilles de fer-blanc. L'Académie devrait écrire barril par deux r, comme elle écrit barrique, ou n'en mettre qu'une à ce dernier mot, afin de conserver les analogies, qui facilitent toujours l'orthographe. XIIe s.
Dous [deux] barilz de vin , Rois, 137
XIIIe s.
Avoec lui un baril de vin (il) Aporta, qui crut sur le Rin , Bl. et Jeh. 3838
Nus barillier ne puet ovrer de nul fust se il n'est ses [sec] ; c'est à savoir après ce que li baris ait esté parés un mois avant que on meste la ferreure de sus , Liv. des mét. 103
Vins en pot ou en barix , BEAUMANOIR , 33
XVe s.
Vins en tonneaux et en barils.... , FROISS. , I, I, 278
XVIe s.
Pour ceste cause les magistrats leur enjoignirent [aux ladres] ne boire qu'en leur baril [écuelle] , PARÉ , XXII, 8
Il fist renouveler l'assault de huict enseignes d'Allemans, avec force petits barils de poudre, lances, et autre artifice de feu , M. DU BELL. , 584
Des barrils bien cerclés , O. DE SERRES , 237
Lors le chou est mis dans une grande barille ou tonneau defoncé d'un bout , O. DE SERRES , 846
Provenç. barril ; espagn. et portug. barril ; ital. barile ; bas-lat. barillus ; du celtique : kymri, baril ; gaél. baraille ; irland. bairile, baril ; bas-breton, baraz, baquet ; du celtique : kymri, bar, branche d'arbre (voy. BARRE). On a dit aussi barrot :
ayant beu le vin qu'ilz avoient porté dedans des barrots , AMYOT , les Gracques, 25 ; et barrau :
six barraux de vin , RONS. , t. I, p. 616
BARIL. Ajoutez : 5
Baril de galère, nom, sur les côtes du Morbihan, d'un mollusque, muni d'une vessie de couleur bleue, servant de flotteur et de voile ; il passe pour être très venimeux , GOUEZEL , les Oiseaux de mer, Nantes, 1875, p. 21