BARBOTER

Prononciation : bar - bo - té

1V. n. Fouiller bruyamment avec le bec dans l'eau ou dans la bourbe. Les canards aiment à barboter. Par extension, marcher dans une boue épaisse. Fig.
Avant qu'un Allemand trouvât l'imprimerie, Dans quel cloaque affreux barbotait ma patrie ! , VOLT. , Épît. C, 117
Les descendants des Camille, des Brutus, barbotaient dans la fange , VOLT. , Phil. II, 409
En termes de marine, un bâtiment barbote, quand, étant au plus près du vent, il fait peu de chemin.
2V. a. Marmotter, prononcer d'une façon mal articulée.
Grondant entre mes dents, je barbote une excuse , RÉGNIER , Sat. X
Il [l'abbé de Pompadour] avait un laquais à qui il donnait tant par jour pour dire son bréviaire en sa place et qui le barbotait dans un coin des antichambres où son maître allait , SAINT-SIMON , 284, 107
XIIe s.
Mais par ce ke nos par parfete parole ne l'poons expresseir, si lo sonons, coment ke soit, solunc la maniere de nostre humaniteit, barbotant et encumbreit d'enfantine floibeteit , Job, 487
XVe s.
Petite bouche à barbeter Ba, ba, ba font ces godinettes, Quant elles veulent cacqueter , COQUILL. , Monol. de la botte de foin
Par le corps, il barbelote Ses mots, tant qu'on n'y entend rien , Comédie de Patelin.
XVIe s.
Plusieurs barbottent leurs prieres par acquit, ou les lisent de leurs livres comme s'ils faisoyent corvée à Dieu , CALV. , Inst. 676
.... Marmotant et barbotant certaines paroles sur les playes , PARÉ , t. III, p. 715
Norm. varvoter ; varvot, boue claire, varibot, bourbier ; espagn. barbotar, marmotter. Génin le tire du préfixe bar péjoratif, et boue ; mais boue ne peut donner un dérivé en ot. Y aurait-il lieu, prenant en considération que le sens primitif est celui de prononcer d'une façon peu claire (voy. l'historique), à le tirer de barbot, qui est, en provençal, le nom d'un instrument et qui vient de barbitus, sorte de lyre ; jouer du barbot aurait pris un sens péjoratif, puis signifié le bruit du barbotement dans l'eau, et finalement l'action d'y barboter. BARBOTER. Ajoutez : 3Terme de chimie. Se dit d'un gaz qui en s'échappant agite un liquide.
Je devais dépouiller l'air de toute trace d'ammoniaque, y introduire une quantité connue et très petite de cet alcali, puis le faire barboter dans l'appareil, et voir ce que je trouverais d'ammoniaque dans mon liquide , TH. SCHLOESING , Acad. des sc. Comptes rendus, t. LXXX, p. 267
4Prendre le barbotage, sorte d'aliment pour les chevaux (Voy. BARBOTAGE au Dictionnaire).
L'habitude de donner à barboter, une fois par semaine, aux chevaux échauffés et brûlés par l'avoine , l'Avranchin, 3 déc. 1876
Ajoutez : XIIIe s.
Clers qui en tel borbier s'enborbe, Ou puis d'enfer en l'orde borbe Plungiez et emborbez sera, Toz jorz com boz [crapaud] borbetera , Chronique des ducs de Normandie, Appendice, III, t. III, p. 530