BARBEAU

Prononciation : bar-bô
Nature : s. m.

Poisson de rivière (cyprinus barbus, L.) dont la chair est estimée, mais dont les oeufs causent parfois, et surtout au printemps, des vomissements et des superpurgations. Manger des barbeaux. Barbeau de mer, rouget. XIIIe s.
Que l'en ne prengne barbel dont les deux ne vaillent sept deniers , Ordonn. de Phil. le Bel, Bibl. des Chartes, 3e série, t. IV, p. 53
Les anguilles et les barbiaus Et autres poissons bons et biaus , Ren. 4147
Quiconques est pescheur des eaues le roy, il puet prendre maniere de poissons, fors quatre ; c'est à savoir brochès, barbeaus, anguiletes, carpes.... , Liv. des mét. 262
XVIe s.
Ce poisson a cinq moustaches longues de demy pied ou environ, semblables à celles d'un gros barbeau , PARÉ , Monstr. App. 1
Barbellus, diminutif de barbus, barbeau, ainsi dit à cause des barbes qu'il porte. Dans l'ancien français, li barbels ou barbaux est le nominatif singulier ; le barbel, le régime singulier ; li barbel, le nominatif pluriel, les barbels ou barbaus, le régime pluriel. 1Plante à fleurs bleues qui croît dans les blés ; dite aussi bluet. 2Adj. invariable. Bleu barbeau, espèce de bleu clair. Une étoffe barbeau, des étoffes barbeau, de la nuance de ce bleu. Ainsi dit à cause de ses barbes.