baptistere

Prononciation : ba-ti-stê-r'
Nature : s. m.

Petit édifice bâti près des cathédrales pour administrer le baptême. Chapelle où sont les fonts baptismaux, dans une église. XIe s.
[Ils] Menent paiens entresqu'au baptisterie , Ch. de Rol. CCXVIII
XIIe s.
Del ciel enveiad, si rechust e prist à sun oes sainte Eglise ; si la levad de funz e de baptisterie , Rois, 207
XVIe s.
Le duc de Sommercet estant venu pour le baptistere [baptême] à Paris, fut detroussé , D'AUB. , Hist. II, 43
Baptisterium ; terme dérivé du verbe grec signifiant baptiser (voy. ce mot). Baptisterie, dans l'ancien français, malgré l'orthographe, n'est que de trois syllabes, comme le vers le montre ; cet i qui se trouve dans plusieurs autres circonstances, ou était un signe étymologique, ou indiquait une certaine prononciation de la voyelle qui précédait.