BAPTISER

Prononciation : ba-ti-zé
Nature : v. a.

1Conférer le baptême. Baptiser une cloche, un navire, employer certaines cérémonies ecclésiastiques pour les bénir, les mettre sous la protection du ciel et leur donner un nom. Baptiser sous condition, administrer le baptême à quelqu'un dans le doute qu'il l'ait déjà reçu. Fig. et familièrement. Voilà un enfant bien difficile à baptiser ; voilà une affaire qui rencontre sans cesse de nouveaux obstacles. 2Fig. Donner un sobriquet.
Baptisant son chagrin du nom de piété , BOILEAU , Sat. X Absolument.
De peur qu'une qualité ne l'emporte, et ne fasse baptiser , PASC. , dans COUSIN
3Familièrement. Baptiser son vin, y mettre de l'eau.
Les goguenards dirent qu'il ne fallait pas baptiser son vin , VOLT. , Ingénu, 4
XIe s.
Baptizét sont assez plus de cent mille , Ch. de Rol. CCLXVIII
Baptisez la, pour quei Deus en ait l'ame , ib. CCXCII
XIIe s.
Tu me doveroies, ce di saint Johans, baptiier, et tu viens à mi , ST BERNARD , p. 552
Que ne soiez baticez , Ronc. p. 22
XIIIe s.
Bien sanla [sembla], à ce que je vi, que il se baptisa , Chron. de Rains, 113
Et as gens irez demander S'il i a cors à enterrer Ne nul enfant à bautizier , Ren. 21151
Ançois doit estre fete enqueste de son aage par cex qui furent au baptizier , BEAUMANOIR , XVI, 6
Tu as le filz Dieu baptoié, Par qui nous sommes nectoyé D'ordure, d'escume et de beue [bave] , J. DE MEUNG , Trés. 237
XVe s.
On pourroit baptizer vostre ordonnance de tel tiltre qu'il vous plairoit lui bailler , TH. BASIN , t. IV, p. 87
XVIe s.
Le mot mesme de baptizer signifie plonger , CALV. , Instit. 1062
Ils baptiseront ce prodigieux et horrible forfait, du nom de coup du ciel , Sat. Mén. p. 5
Wallon batehî ; namurois, batijî ; provenç. batejar, bathegar ; espagn. bautizar ; portug. babtizar ; ital. battezzare ; du latin baptizare, du grec, plonger, à cause de l'immersion complète qui était en usage dans la primitive Église. BAPTISER. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Ils [les anciens] baptisoient le vin [y mêlaient de l'eau] , MONT. , I, 374