BANNISSEMENT

Prononciation : ba-ni-se-man
Nature : s. m.

Action de bannir ; résultat de cette action. Six ans après son bannissement. Le bannissement des Stuarts ne devait jamais finir.
De son bannissement prenez sur vous l'offense , RAC. , Brit. II, 3
Mon règne ne sera qu'un long bannissement , RAC. , Bérén. III, 1
Ah ! mon frère, l'amour n'est guère véhément Pour des fils élevés dans un bannissement , CORN. , Rod. II, 4 En termes de droit, peine infamante qui consiste à être banni.
XIIIe s.
Il querroit [tomberait] en grant amende vers le signeur, de ce qu'il aroit fet ayde au bani el tans de son bannissement , BEAUMANOIR , XXXIV, 32
Si que par le bannissement il se chastient de lor meffet , BEAUMANOIR , XXIV, 16
Li banissemens ne dure que tant comme le [la] terre du segneur tient, en quel cort il est banis , BEAUMANOIR , LXI, 22
XVe s.
Parmi [au moyen de] ces bannissements s'appaisoient l'une partie et l'autre , FROISS. , II, II, 62
XVIe s.
Rappeler du bannissement , D'AUB. , Hist. I, 233
Bannir.