BANNI, IE

Prononciation : ba-ni, nie
Nature : part. passé.

1Chassé d'un pays. Ayant été banni par un acte arbitraire.
Banni de mon pays par le meurtre d'un père, Banni du monde entier par celui de ma mère , VOLT. , Oreste, V, 9
2Éloigné, exclu. Banni de la cour. Fig. La pudeur bannie des coeurs.
Le monde, une fois banni, n'eut plus de retour dans son coeur , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Il rappelle un amour à grand' peine banni , CORN. , Poly. III, 5
Rappelez la vertu par leurs conseils bannie , CORN. , Pomp. I, 3
D'ici l'intrigue est à jamais bannie , BÉRANG. , Acad. et cav.
Substantivement, un banni. Les bannis furent rappelés.
J aime en Sertorius ce grand art de la guerre Qui soutient un banni contre toute la terre , CORN. , Sertor. II, 1
La vertu des bannis n'est souvent qu'artifice , CORN. , Othon, III, 3
Celui que tu chassais comme indigne de toi.... Qui fut ton roi sans sceptre et ton banni sans crime , ROTR. , Antig. III, 6