BALUSTRE

Prononciation : ba-lu-str'
Nature : s. m.

1Nom donné à de petits piliers à hauteur d'appui joints par leur sommet, pour enfermer quelque espace. Un balustre de pierre.
Là ce balcon s'enferme en un balustre d'or , BOILEAU , Art p. I
2Balustrade, assemblage de plusieurs balustres servant de clôture dans une église. Petits piliers qui se mettent autour du lit des princes.
Quand est-ce qu'on a étalé plus de titres, plus de couronnes, plus de balustres ? , BOSSUET , Honn. 1
Le roi fit entrer Portland dans le balustre de son lit, où jamais étranger n'était entré , SAINT-SIMON , 54, 150
3Balustre de chapiteau de la colonne ionique, partie latérale du rouleau qui fait la volute. 4Ornement au-dessous de l'anneau d'une clef. Partie de la monture d'un chandelier. Petite colonne ornant le dos d'une chaise. XVIe s.
Elle est environnée de parabandes et accoudoirs sur des balustres , O. DE SERRES , 602
Espagn. balaustre et barahuste ; ital. balaustro ; du grec, fleur du grenadier, parce que chaque pilier ressemble, par le renflement de son milieu, à cette fleur. BALUSTRE, ÉE (ba-lu-strée), part. passé. Garni d'une balustrade.
Le pont [de bateaux pour traverser un fleuve] a quatre petites guérites aux quatre coins, et le reste est balustré , PELLISSON , Lett. hist. t. I, p. 125