BALLOTTER

Prononciation : ba-lo-té
Nature : v. a.

1Agiter fortement en sens contraires. La mer nous a ballottés.
Voilà comme les hommes sont ballottés par la fortune , VOLTAIRE , Lettr. Mariott, 26 février 1767
2Au jeu de paume, peloter, se renvoyer la balle, sans faire de partie réglée. Par extension, renvoyer de l'un à l'autre.
Après avoir été ballotté de la mort à la vie , SÉV. , 85
.... Ton nom [Bonaparte], jouet d'un éternel orage, Sera par l'avenir ballotté d'âge en âge Entre Marius et César , LAMART. , Méd. II, 7
3Ballotter quelqu'un, se jouer de lui.
Qu'un fat soit l'aigle des salons, Qu'un docteur sente l'ambre.... Paris, enclin au trait malin, Grâce à nous les ballotte , BÉRANG. , Marotte.
4Fig. Ballotter une affaire, la discuter, l'agiter de part et d'autre. 5Se servir de la ballotte pour donner les suffrages ou pour tirer au sort. Il vieillit en ce sens. Ballotter deux candidats, décider par le scrutin lequel l'emportera de deux candidats qui ont le plus approché de la majorité, tous les autres étant exclus.
Thucydide et lui [Périclès] étant ballottés aux suffrages du peuple pour le ban de l'ostracisme, ce fut Thucydide qui succomba , P. L. COURIER , Lettr. II, 342
6V. n. Éprouver des ballottements, des secousses. Cette porte ballotte. Fig. Aller çà et là.
Je ne fais que ballotter en attendant que la poste parte , SÉV. , 353
Ainsi, ma chère enfant, je ballotte , SÉV. , 515
7Terme de danse. Faire un ballotté. XVIe s.
Les juges Areopagites, ballotans pour le jugement des criminelz prisonniers, usoyent de certaines notes selon la varieté des sentences , RAB. , Pant. IV, 27
Il fait bon voir de tout leur senat balloter [aller au ballottage sur toute chose] , DU BELLAY , VI, 35, recto.
Ballotte 1 ; wallon, baleter, battre, en parlant du mouvement des ondes et des ailes. Mettre en paquets. Ballot.