BALLER

Prononciation : ba-lé
Nature : v. n.

Danser.
Car il [le singe] parle, on l'entend, il sait danser, baller , LA FONT. , Fab. IX, 3
Il fut dansé, sauté, ballé , LA FONT. , Joc.
Sa femme dansait et ballait et ne se donnait nul soin de son ménage , GUI PATIN , Lett. 662 Vieux ; présentement on dit danser.
XIIIe s.
Or, sachez vraiement, [elle] n'a talent qu'ele bale , Berte, XXVII
Tost m'en enflera li viaires : Maudahez ait tel saintueres Qui en tel guise fait baler Ciaus [ceux] qui le veulent aorer , Ren. 18419
Il en pacience travaillent, Et balent et tripent et saillent , la Rose, 5068
Lors veïssiés carole [danse] aler, Et gens mignotement baler , ib. 752
XVIe s.
Les elephans, les lions, les chevaulx, les chiens, il [Gaster] faict dancer, baller, voultiger, combattre, nager, soy cacher, apourter et prendre ce que il veult , RAB. , Pant. IV, 57
Ce fut luy qui le premier inventa la maniere de baller armé , AMYOT , Numa, 23
Ilz vont chantans par la ville, en ballant leur danse armée , AMYOT , ib.
L'autre desfraya à Athenes la danse des enfants qui balloient en rond , AMYOT , Arist. II, 2
Un navré de ceste beste [tarantule] ballant ainsi, les joueurs se trouvant las cesserent, et le pauvre balleur cheut en terre comme mort, ayant perdu ses forces , PARÉ , Introd. 24
Wallon, baler, danser, flotter ; provenç. ballar ; espagn. et portug. bailar ; ital. ballare, du bas-latin balla, balle ou paume. Le jeu de la balle ou de la paume était un jeu accompagné, au moyen âge comme chez les Grecs, de danse et de chant ; de là le sens de baller. Terme de métallurgie. Se former en balle ou loupe.
Dans ces conditions de marche, le fer métallique est bientôt précipité du minerai fondu qui enveloppe la scorie ; on donne alors un mouvement plus rapide au rotator pour faire baller le fer , Journ. offic. 12 mai 1873, p. 3064, 2e col.