BALIVERNE

Prononciation : ba-li-vèr-n'
Nature : s. f.

Propos frivole, chose puérile.
Je n'entends rien à ces balivernes , MOL. , les Préc. 5
Dès que Mme d'Argental sera en pleine convalescence, et qu'elle pourra s'amuser de balivernes , VOLT. , Lett. d'Argental, 18 août, 1767
XVe s.
Hé ! quel bailleur de baliverne Sont ce cy ? Or tost que je soye Payé en or ou en monnoie , Patelin
Bourguig. baulivarne. Origine inconnue. Il y a, dans le bas-latin, balinvernia, sorte de voile à navire. BALIVERNE. - HIST. Ajoutez : XVIe s.
, Baliverneries ou contes nouveaux d'Eutrapel, Paris, 1548, titre d'un ouvrage de Noël du Fail
Une batelée de contes rustiques de mes ouvriers, desquels, sans faire semblant de rien, j'ay autrefois extrait et recueilli en mes tablettes le sujet et grace, et communiqué leurs propos et mes balivernes au peuple , NOËL DU FAIL , Contes d'Eutrapel, t. II, p. 352, édit. 1874, dans A. DE LA BORDERIE, Bibl. des chartes, 1875, 3e et 4e livr. p. 262
Il est couru un siecle jusques au nostre durant lequel ne se treuvoient autres histoires que de telles barniuelles [romans de chevalerie] , BONIVARD , Advis et devis, p. 171
Ajoutez : Tout en continuant à convenir que l'origine de ce mot est inconnue, il est toujours bon d'en signaler une autre forme avec un autre sens ; c'est le vénitien baliverna, masure (Romania, avril 1875, p. 254).