BAIN

Prononciation : bin
Nature : s. m.

1Action de plonger le corps dans l'eau ou dans quelque autre liquide ; le liquide même dans lequel on se plonge. Prendre un bain ; un bain froid ; un bain de mer.
[Elle] Le plonge en un bain d'eaux et d'herbes inconnues , CORN. , Médée, I, 1 Bain russe, espèce de bain de vapeur. Familièrement et fig. C'est un bain qui chauffe, se dit d'un nuage qui menace de la pluie, lorsque d'ailleurs la température est élevée et que le soleil brille.
2Baignoire. Remplir, vider un bain. Fond de bain, le linge dont on garnit la baignoire. 3Au plur. Établissements de bains. Ces bains sont bien situés. Eaux minérales. Les bains de Cauterets, d'Aix en Savoie. 4Fig.
Une conscience que le bain de la pénitence aura achevé de purifier , MASS. , Comm.
Le baptême est un bain qui rend à l'âme sa vigueur première , CHATEAUB. , Génie, I, I, 6
5En chimie, vase que l'on place sur un fourneau évaporatoire, et qui contient une substance quelconque, dans lequel on plonge le vaisseau où est la matière à évaporer ou à distiller. Bain-marie, se dit quand ce vase contient de l'eau. Chauffer un bouillon au bain-marie. Au plur. Des bains-marie. En termes d'alchimie, bain-marie, le mercure dans lequel étaient plongés les métaux appelés le roi et la reine. 6En médecine, bain électrique, état d'un individu placé sur un isoloir, et communiquant, au moyen d'une tige métallique, avec le conducteur principal de la machine électrique, pendant que celle-ci est en action. 7Terme de teinturier. Cuve préparée pour la teinture. Bain se dit, en général, des liqueurs et des vases dans lesquels on prépare les différents ouvrages. 8État de fusion parfaite d'un métal. 9Bain de mortier, couche épaisse de mortier sous le pavé d'une cour, etc. 10En Angleterre, l'ordre du Bain (bath, en anglais), ordre institué par Richard II, et renouvelé après quelque décadence ; l'insigne est un cordon bleu porté de gauche à droite. Le nom de l'ordre vient de l'usage qui était établi de se baigner avant de recevoir les éperons d'or. XIe s.
... vos bains que pour vous Deus i fist [à Aix la Chapelle] , Ch. de Rol. X
XIIIe s.
Et lors semont li empereres Alexis Morchufle qu'il venist avec lui mengier, et puis si iroient ensemble as bains , VILLEH. , CXV
Donc soit, dist-il, uns bains chaufés, Puis que d'eschaper est neans, Si me faites seignier leans.... , la Rose, 6238
Quant ce vint le soir que je fus ou baing, le cuer me failli et me pasmai , JOINV. , 253
XIVe s.
Je cuis lors, dissoubs et sublime, Sans marteau, tenailles ni lime, Sans charbon, fumier, baing-marie Et sans fourneau de soufflerie , Nat. à l'alchim. 339
Puis dist : Fils à putain, vous l'achaterez chier ; Le bain vous chauferai, ce sera pour baignier ; Mais ce sera de sanc que vous ferai saignier , Guesclin. 946
XVe s.
On feroit des larmes ung baing Qu'ay pleurées de desplaisance , CH. D'ORL. , Rondel 59
Il fit tantost tirer les bains, chauffer les estuves , LOUIS XI , Nouv. I
XVIe s.
S'il y a grande ardeur, cuisson et douleur, on fera asseoir le malade en un demy bain , PARÉ , XI, 25
Toutes choses qui se doivent cuire au bain marie , PARÉ , XXIV, 22
Il entra dedans le baing, en disant : allons nous en laver et nettoyer la sueur de la bataille dedans le baing de Darius mesme , AMYOT , Alex. 37
Adipsum, où il a des baings naturelz d'eaux chaudes, dedans lesquelz il se baigna , AMYOT , Sylla, 54
Faites longuement bouillir dans l'eau ou bain de marie , O. DE SERRES , 829
Wallon, banië ; provenç. banh ; espagn. baño ; ital. bagno ; de balneum (voy. BAIGNER). On a dit que bain-marie était une corruption pour balneum maris, bain de mer ; mais c'est une erreur ; bain-marie se trouve dans un texte du XIVe siècle, et balneum mariae dans Arnaud de Villeneuve qui est du même temps ; il ne peut donc y avoir de corruption. Bain-marie aura été ainsi dit, par allusion, à cause de la douceur de cette manière de chauffer. BAIN. Ajoutez : 11Terme d'exploitation houillère. Bain d'eau, ou, simplement, bain, réservoir souterrain formé par l'infiltration des eaux dans les vides laissés par l'exploitation de la houille. Ajoutez : D'autres disent que l'expression bain-marie provient de Marie, soeur de Moïse, à qui les alchimistes attribuaient un livre, contenant diverses recettes et préparations.