BAHUT

Prononciation : ba-u ; le t ne se lie pas, du moins dans la conversation
Nature : s. m.

1Grand coffre garni de cuir, et dont le couvercle est légèrement bombé. Un bahut sculpté. Huche.
La vieille fouille au bahut [prend le pain] , LA FONT. , Faucon.
Meuble ancien en forme d'armoire.
2La dernière assise d'un mur de parapet de pont ou de quai qui est taillé en bahut, c'est-à-dire bombé. 3Dans un jardin, bombement d'une allée ou d'une plate-bande. XIIIe s.
Et uns vieus baüs Ocist quatre dus [ducs], Son corps defendant , Fatrasies, édit. JUBINAL, II, 216
XVe s.
Premierement il [Hue le Dépensier] fut trainé sur un bahut à trompes et à trompettes par toute la ville de Herford , FROISS. , I, I, 24
XVIe s.
La peau est envoiée au coroieur, pour, accoustrée, servir à faire des grands cribles pour nettoier les bleds, ou à couvrir des coffres à bahu , O. DE SERRES , 836
Génev. bahiu ; provenç. bauc ; espagn, baul ; portug. bahúl, bahú ; ital. baule. Ces formes sont trop divergentes pour qu'on puisse déterminer une étymologie plausible. Diez remarque que, si l'on savait que ce mot appartient en propre à l'espagnol, on pourrait croire qu'il vient de bajulus, porteur, en admettant toutefois que l'accent aurait passé de ba sur ju. On fera attention que, tandis qu'en espagnol, en provençal et en italien, bau est monosyllabique, ce qui le représente dans le français et le portugais est dissyllabique. D'après Palsgrave, p. 19, l'h était aspirée. BAHUT. Ajoutez : 4Dans l'argot des écoles, pensionnat, logement.