BAGATELLE

Prononciation : ba-ga-tè-l'
Nature : s. f.

1Objet de peu de prix ou inutile. Je lui redevais une bagatelle. Mille francs, une bagatelle pour un homme aussi riche.
Il ne lui manque aucune de ces curieuses bagatelles que l'on porte sur soi, autant pour la vanité que pour l'usage , LA BRUY. , 2
Tu n'as pas eu le courage de donner la moindre bagatelle à ta maîtresse , HAMILT. , Gramm. 11
2Chose frivole, sans importance. Il se fâcha pour une bagatelle. Dire des bagatelles. S'amuser à des bagatelles.
À quelles bagatelles ai-je perdu tout mon temps ! Ce qu'elle vous veut dire est une bagatelle , CORN. , Agés. II, 7
Voilà le fait ! c'est une bagatelle , REGNARD , Fol. amour. Prologue.
Vous lirez cela quand vous n'aurez rien à faire du tout, quand votre âme aura besoin de bagatelles ; car point de plaisir sans besoin , VOLT. , Lett. Mme du Deffant, 13 oct. 1759
3Absolument, la bagatelle, les frivolités agréables qui occupent le monde.
Jusque-là qu'en votre entretien La bagatelle a part ; le monde n'en croit rien , LA FONT. , Fab. X, 1
Ce n'est pas que souvent on ne connaisse la bagatelle et le néant de tout cela [le monde et ses engagements] , BOURD. , Pensées, t. I, p. 224
Il ne faudrait que quelque réflexion ; mais l'enchantement de la bagatelle dissipe tellement nos pensées que nous oublions sans cesse le seul bien digne de notre souvenir , BOURD. , ib. t. I, p. 37
Un homme qui n'a de l'esprit que dans une certaine médiocrité, est sérieux et tout d'une pièce ; il ne rit point, il ne badine jamais ; il ne tire aucun fruit de la bagatelle , LA BRUY. , 11
Je suis fort aise que ce petit traité me présente l'occasion d'obliger les femmes à mépriser la bagatelle pour s'attacher aux choses les plus belles et les plus utiles , MARG. , BUFFET, Observ. p. 174 S'amuser à la bagatelle, s'occuper de choses futiles et sans intérêt.
C'est une politique sûre de laisser le peuple savourer la bagatelle , LA BRUY. , 10
Elliptiquement, et comme expression de dédain. Bagatelle que tout cela.
4Composition légère. Lisez cette bagatelle ; elle est d'un homme d'esprit. 5Amourette, galanterie. On ne peut rien faire de ce jeune homme ; il n'aime que la bagatelle.
Je ne croirai jamais qu'elles s'offensent de ce qu'on quitte un peu la bagatelle , HAMILT. , Gramm. 4
Maman dirait : craignez les bagatelles ! Le diable est fin, tremblez, Suzon , BÉRANG. , Cartes. Ne pas s'amuser à la bagatelle, pousser les choses plus loin que la simple galanterie.
Pour moi, madame, je ne m'amuse point à la bagatelle , BARON , Fausse prude, II, 4
Les choses étaient entre elle et le duc à ne plus s'amuser à la bagatelle , HAMILT. , Gramm. 8
Ce sont les bagatelles de la porte, se dit de choses sans importance et auxquelles il ne faut pas s'arrêter.
Ital. bagatella, tour de bateleur, bagatelle ; espagn. bagatela ; bas-latin bagattire, dire ou faire des bagatelles. Diez suppose qu'il vient, par quelque diminutif, du bas-lat. baga, bagues, bagage, de sorte que bagatelle signifierait une petite chose qu'on possède. BAGATELLE. - ÉTYM. Ajoutez : Comme l'origine de bagatelle est controversée, nous consignons ici un passage où ce mot est employé avec un sens particulier :
Qui credit has dispositiones [hernias] curari per limaturam calibis interius et magnete exterius apposito cum sua bagatella , BARTHOLOMAEUS DE MONTAGNANA , Consilia Le sens n'est pas très assuré ; pourtant il paraît être : avec son anneau, sa bague. Barthelemy de Montagnana est un chirurgien italien du XVe siècle.