BADINER

Prononciation : ba-di-né
Nature : v. n.

1Faire le badin, plaisanter.
Avec ses compagnons tout le jour badiner, Sauter, courir, se promener , LA FONT. , Fab. VIII, 16
Je rapporte ceci pour une leçon qui doit apprendre à ne jamais badiner avec les armes , SAINT-SIMON , I, 189
Le disciple de Zénon a sans cesse la lance en arrêt contre la volupté ; celui d'Épicure vit sous la même tente et badine avec elle , DIDER. , Essai s. Claude, liv. II
Des choses que vous dites en badinant , SÉV. , 111
Il badine sur la belle pièce que j'ai faite , SÉV. , 562
J'ai eu tort de badiner sur M. d'Oldenbourg , SÉV. , 435
La maladie de nos jours est de vouloir badiner de tout , VAUVENARGUES. , Sur les anc. et les mod.
Mais du vent qui s'élève un souffle inaperçu Badine avec ma voile et l'enfle à mon insu , LAMART. , Ép. à Delav.
La véritable grandeur s'abandonne quelquefois.... elle rit, joue et badine, mais avec dignité , LA BRUY. , 2 Familièrement. C'est un homme qui ne badine pas, il est grave, susceptible, sévère. Fig. En parlant des ajustements. Cette dentelle badine. Laissez badiner ce voile. En termes de manége, ce cheval badine avec son mors, il joue avec son frein.
2Avoir le ton badin, le style badin. Cet auteur badine agréablement dans ses écrits.
Ce n'est pas quelquefois qu'une muse un peu fine Sur un mot en passant ne joue et ne badine , BOILEAU , Art poét. II Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Badin.