BABOUIN

Prononciation : ba-bouin
Nature : s. m.

1Nom vulgaire et spécifique du cynocéphale babouin, sorte de singe. 2Fig. et familièrement, enfant que l'on compare à un singe.
[Il] S'avise De le tancer : ah ! le petit babouin, Voyez, dit-il, où l'a mis sa sottise , LA FONT. , Fabl. I, 19 On dit, en parlant d'une petite fille, une petite babouine.
3S'est dit autrefois d'une figure ridicule que les soldats dessinaient grossièrement sur les murs d'un corps de garde, pour la faire baiser, par forme de punition, à ceux qui enfreignaient les lois établies entre eux. Fig. Faire baiser le babouin à quelqu'un, le réduire à se soumettre, malgré qu'il en ait. 4Familièrement. Un babouin, de petits boutons autour des lèvres. XIVe s.
Et plusieurs autres bestes, si comme babuins et singes , J. DE MAND. , dans DU CANGE, babewynus.
Li quens de Flandres Baudoin Ne semble mie babouin, Ne bec jaune, ne fous naïs, Au departir de son pays , GUIART , dans DU CANGE, baboynus.
XVIe s.
On n'emploie pas seulement les personnes à chasser les oiseaux [des chenevières], mais les choses mortes, qu'on appelle au païs les babouins , D'AUB. , Faen. III, 15
Bourguig. babouin, enfant au berceau ; espagn. babuino ; ital. babbuino ; de même racine que babine, et qui a sans doute pour radical un mot des patois allemands, bäppe, muffle ; de sorte que babouin voudrait dire autant que lippu (comp. BAFOUER).