BABIOLE

Prononciation : ba-bi-o-l'
Nature : s. f.

1Jouet d'enfants. 2Fig. et familièrement, chose de peu de valeur, d'importance.
Et cent autres babioles que je sais quelquefois par coeur , SÉV. , 346
On voulait, disait Alberoni, tromper le roi d'Espagne, et le traiter comme un enfant, on lui montrait de loin une babiole , SAINT-SIMON , 494, 206
Les artistes mettent un prix arbitraire à leurs babioles , J. J. ROUSS. , Ém. III
XVIe s.
Elle pendit ceste medaille à son col avec les aultres babioles que femmes et filles y portent communement , CARLOIX , VIII, 26
Ital. babbole. Sans doute d'une racine bab qui se trouve dans l'italien babbeo, babbano, imbécile ; dans le provençal baban, sot ; dans le latin babulus, nigaud ; dans l'anglais babe, babby, enfant ; island. babe, enfant, babiliur, jouet ; irl. et kymri, baban, enfant. Faut-il rattacher à ce même radical le vieux français baubelet, jouet, et l'anglais bawble, colifichet ? D'après de Caillières, babiole serait venu de la cour dans l'usage ordinaire ; mais on le trouve dès le XVIe siècle, où il est arrivé probablement de l'italien.