beatitude

Prononciation : bé-a-ti-tu-d'
Nature : s. f.

1Félicité parfaite et principalement celle des élus. La béatitude céleste.
Des péchés véniels qui offensent Dieu à la vérité, mais ne l'irritent pas au point de nous priver de la béatitude , MONTESQ. , Lett. pers. 57
2En général, bonheur.
Votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude. - Voilà un point vidé ; mais votre béatitude ! , PASC. , dans COUSIN
J'ai trouvé, aussi bien qu'Aristote, que la béatitude n'était pas dans le jeu, et de fait je ne joue plus , VOIT. , Lett. 193
3En langage mystique, on donne par excellence le nom des huit béatitudes à huit perfections de vertu que Jésus-Christ a relevées par ses éloges, en nommant heureux ceux qui les possèdent. 4Titre d'honneur qui s'est donné aux ecclésiastiques. Votre Béatitude.
Le clergé demandait la protection de Sa Béatitude [du pape] auprès du gouverneur , VOLT. , Moeurs, 12
XVe s.
Desirant de laissier les choses basses et tendre aux haultes beatitudes , CHRIST. DE PISAN , Charles V, I, ch. 14
XVIe s.
Celluy qui donne aux bons beatitude Le veult ainsi par sa grand rectitude , J. MAROT , V, 234
La beatitude et le souverain bien de l'homme ne gist point en quantité d'argent , AMYOT , Comment lire les poët. 57
L'heur et la beatitude qui reluit en la vertu , MONT. , I, 70
Nos courtisans, qui ne parlent que de la beatitude de ceux qui prient Dieu à repos en leur maison , DES ACCORDS , Bigar. Contre-peteries
Beatitudo, de beatus, béat.