APPRIVOISER

Prononciation : a-pri-voi-zé
Nature : v. a.

1Rendre privé. Apprivoiser un lion. Apprivoiser des oiseaux.
Avec une lyre il apprivoisait les bêtes farouches , FÉN. , Tél. VIII
2Fig.
Si les tigres les plus sauvages Enfin apprivoisent leurs rages , MALH. , V, 23
C'est un mérite que j'ai apprivoisé , SÉV. , 308
Le temps sait apprivoiser la bienséance , HAMILT. , Gramm. 11
Que faire pour apprivoiser une impertinente vertu ? , HAMILT. , ib. 9
Et pour apprivoiser ce respect ennemi, Il faut qu'en dépit d'elle elle s'offre à demi , CORN. , Othon, III, 1
Il s'éloigne et reprend sa morne rêverie ; Mais la chanson du pâtre assis dans la prairie Apprivoisa du moins sa farouche douleur , LAHARPE , Épît. à M. le comte de Schowaloff
Il parle, il adoucit la superbe Carthage, De sa puissante reine apprivoise l'orgueil , DELILLE , Én. I
Au lieu d'apprivoiser ses moeurs, L'âge n'a fait qu'aigrir ses farouches humeurs , DELILLE , Conversation, 2 Familièrement, apprivoiser une femme, l'accoutumer à entendre qu'on lui parle d'amour.
Tout doucement il vous l'apprivoisa , LA FONT. , Herm.
3S'apprivoiser, v. réfl. Devenir apprivoisé. L'ours s'apprivoise aisément. 4S'accoutumer, se familiariser avec. S'apprivoiser avec le danger.
La raillerie a été le premier métier des sages, qui par là se sont apprivoisés avec le peuple , BALZ. , liv. VI, lett. 5
Ce qui nous paraissait terrible et singulier S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue , LA FONT. , Fab. IV, 10
Les grandes choses étonnent, et les petites rebutent ; mais nous nous apprivoisons avec les unes et les autres par l'habitude , LABRUY. , 12
XIIIe s.
Les [bêtes d'] Evain assauvagissoient, Et les [celles d'] Adam aprivoisoient , Ren. 99
C'est cil qui por aprivoisier Bat son chat et puis le rapele Por le lier à sa cordele , la Rose, 9770
Li leus garous le fil le roi Acole de ses quatre piés ; Si est de lui aprivoisés , GUILL. , DE PALERME.
XIVe s.
Icelles bestes aprivoise l'en et attrait l'en par faire leurs plaisirs , Ménagier, I, 6
XVe s.
Ne le laissiez reposer ne dormir Ne nuit, ne jour, s'il ne me fait hommaige, Aprivoisiez ce compaignon sauvaige , CH. D'ORL. , 10
De ce faulx vilain aveugler, Dieu scet si j'en suis desireux ; Nul ne le peut aprivoiser , CH. D'ORL. , Bal. 69
XVIe s.
J'envie ceulx qui sçavent s'apprivoiser au moindre de leur suitte , MONT. , III, 278
Ils s'apprivoisent de luy obeïr , LA BOËTIE , 13
Nous appastons le cheval, dès lors qu'il est nay, pour l'apprivoiser à servir , LA BOËTIE , 29
Qui ne s'apprivoisent jamais de la subjection , LA BOËTIE , 43
À et un adjectif fictif privois, qui suppose un bas-latin privensis, dérivé de privus (voy. PRIVÉ) ; provenç. aprivadar ; Berry. appriver.