AMUSEMENT

Prononciation : a-mu-ze-man
Nature : s. m.

1Ce qui amuse, divertissement. Les choses qui font mon amusement. C'était un amusement de le tromper.
J'y trouve encore quelque amusement , SÉV. , 62
Une lunette qui faisait notre amusement dans le bateau , SÉV. , 223
Faibles amusements d'une douleur si grande , RAC. , Bérén. II, 2
Lesbos même conquise.... De toute autre valeur éternels monuments, Ne sont'd'Achille oisif que les amusements , RAC. , Iph. I, 2
Ces pompeux bâtiments Du loisir d'un héros nobles amusements , BOILEAU , Épît. I
Le lecteur sage fuit un vain amusement , BOILEAU , Art poét. III
Leur esprit toutefois se plaît dans son tourment Et se fait de sa peine un noble amusement , BOILEAU , Épît. X
N'attendez point de moi de soupirs et de pleurs ; Ce sont amusements de légères douleurs , CORN. , Perthar. IV, 5
La fille aînée de Croissy avait infiniment d'esprit, de grâces et d'amusement dans l'esprit , SAINT-SIMON , 33, 132
2Perte de temps, retardement.
Ah ! que d'amusement , MOL. , Mis. IV, 4
Je t'attends ici pour moins d'amusement , MOL. , Tart. I, 3
3Tromperie, prétexte.
Tu prends d'un feint courroux le vain amusement , MOL. , Sgan. 6
Henriette, entre nous, est un amusement, Un voile ingénieux, un prétexte, mon frère, à couvrir d'autres feux dont je sais le mystère , MOL. , F. sav. II, 3
La haine entre les grands se calme rarement ; La paix souvent n'y sert que d'un amusement , CORN. , Rodog. I, 7
XVe s.
Si firent aux Françoys savoir Que, soubz umbre de parlement, L'en taschoit à les decevoir Et tenir pur admusement , Vigil. de Charles VII, part. II, p. 53
Amuser.