AMURE

Prononciation : a-mu-r'
Nature : s. f.

Terme de marine. Cordage fixant le point d'en bas, nommé point d'amure, d'une basse voile qui se trouve au vent (voy. ÉCOUTE). XIe s.
Contre le ciel [il] vait l'amure [pointe de son épieu] tornant , Ch. de Rol. LXXXIX
Du bon espieu au corps [il] lui met l'amure [pointe, lame] , ib. XCVII
Charles en a l'amure [de la lance dont J. C. fut percé] ; mercit Deu , ib. CLXXIX
Envers Carlon l'amure [de sa lance] [il] en a tournée , ib. CCXL
Du brand d'acier l'amure [il] lui presente , ib. CCLXXXVII
XVIe s.
Hau ! amure, amure bas , RABEL. , Pantagr. IV, 10
Ital. amura, mura ; grec mod.; génois, amüa ; malt. mura ; espagn. amura, mura. D'après Jal, de a et mura, qu'il tire de morari ; mais amure veut dire proprement pointe, comme on le voit par les exemples de l'ancien français ; c'est en effet le cordage de la pointe, du coin de la voile ; l'étymologie en est inconnue ; amarre est un autre mot.