AMULETTE

Prononciation : a-mu-lè-t'
Nature : s. m.

Objet qu'on porte sur soi par superstition, dans l'idée qu'il préserve des maladies ou des maléfices.
C'est une espèce d'amulette que les amants portent volontiers , J. J. ROUSS. , Hél. II, 28
Théophraste raconte que Périclès malade montrait à un de ses amis certains amulettes que les femmes lui avaient attachés au cou , P. L. COUR. , Lett. II, 376
Amulette ne se trouve dans le Dictionnaire de l'Académie qu'à partir de l'édition de 1762, où il est masculin ; cependant c'est un mot plus ancien ; car il est dans d'Aubigné, qui l'a fait féminin. Chateaubriand aussi l'a fait féminin : Mon hôte avait des amulettes suspendues au cou, Itinér. 74 Des grammairiens ont demandé que, prenant en considération la désinence ette, qui est partout ailleurs féminine, et l'usage, qui n'est pas assuré, on donnât le genre féminin à ce mot, contre l'étymologie il est vrai, mais en raison de l'analogie des désinences. AMULETTE, TALISMAN. L'amulette est destiné à préserver du mal, des blessures, de la mort. Le talisman est tout objet auquel des idées superstitieuses font attribuer le pouvoir d'exercer une influence extraordinaire. XVIe s.
La frayeur croissoit avec les artifices exquis des voluptés, quand monsieur le convertisseur y mit la main avec des amulettes plus puissantes , D'AUB. , Conf. I, 7
Amuletum.