AMBASSADE

Prononciation : am-ba-sa-d'
Nature : s. f.

1Fonction, charge d'ambassadeur. Obtenir une ambassade. 2Députation à un souverain. Envoyer une ambassade.
Recevoir ambassade en qualité de reine , CORN. , Nicom. III, 1
Voilà donc le succès qu'aura votre ambassade , RAC. , Andr. III, 1
C'est toi dont l'ambassade, à tous les deux fatale, L'a fait pour mon malheur pencher vers ma rivale , RAC. , ib. V, 3
3La suite d'un ambassadeur. Il fait partie de l'ambassade. 4Hôtel d'un ambassadeur. Je loge à l'ambassade. 5Commission, message entre particuliers.
Son frère arrive et lui fait l'ambassade , LA FONT. , Joconde. Ironiquement. J'ai fait une belle ambassade, c'est-à-dire ma mission n'a pas été heureuse.
Ô ! juste ciel ! j'ai fait une belle ambassade , MOL. , Amph. I, 2
XVe s.
Et pour certaines matieres, icellui et autres avec lui avons envoié en ambaxade auprès de notre très chier et très amé frere le roy d'Escosse , Lettre de Charles VII, dans Chron. de la Pucelle, édit. VIRIVILLE, p. 76
Avant que le grandmaistre de Saint-Jacques de Portingal et Laurentien Fougasse fussent venus en Angleterre en ambassaderie , FROISS. , II, III, 29
XVIe s.
Que le donneur n'en soit repris, Un sold en fit les ambassades, Chasque chose vaut bien son prix , ST-GEL. , 138
La parole de reconciliation a esté mise en la bouche des ministres, afin qu'ils portassent ceste ambassade au monde de par Christ , CALV. , Inst. 526
Jesus a limité tout leur ambassade en ceste sorte, leur commandant d'aller et enseigner.... , CALV. , ib. 925
De negociateur il passa pour ambassade [ambassadeur], et fut laissé aller , D'AUB. , Hist. II, 90
Rome ne fut pas courtoise au commencement aux premiers et seconds ambassades , D'AUB. , ib. III, 355
Il veut pour ambassade avoir mon lieutenant general, afin d'envoyer ce pendant assaillir mon camp , M. DU BELL. , 290
Nous sommes appellés comme par un herault et embassade envoyé du ciel , PARÉ , XXIV, 53
Froissard a dit ambassaderie ; dans le XVIe siècle, ambassade est tantôt féminin, tantôt masculin, tantôt avec le sens actuel et tantôt avec le sens de messager. Provenç. ambaissada, et masculin, ambaissat ; ital. ambasciata ; espagn. embaxada ; bas-lat. ambascia, ambasiata, ambassata, ambasseria, ambasciata, ambaxata. L'italien a ambascia, ambascio, dans le sens d'angoisse, peine. Ambassade et les formes ci-dessus relatées viennent de ambactia, qui figure dans les plus anciens textes du bas-latin (loi salique, loi des Bourguignons et autres), avec le sens de service, emploi, mission. Ambactia rappelle aussitôt ambactus, homme de service, qui est dans César. César dit en parlant des chevaliers gaulois : Circum se ambactos clientesque habent. De son côté, Festus dit : Ambactus apud Ennium lingua gallica servus appellatur. Saumaise a prétendu que ambactus n'était pas gaulois ; en effet ambactus s'expliquerait sans peine par le latin : amb, autour, et actus, poussé, mené. Mais, outre que ambactus n'a aucun emploi et aucun appui dans la latinité, il faudrait ne tenir aucun compte du dire de Festus. Aussi Zeuss (Gramm. celtique, I, 89 et 179) a-t-il cherché une origine celtique : kymri amaet (pour ambaeth, le b tombant souvent), laboureur, ouvrier. Mais la difficulté croît, quand on reconnaît que les langues germaniques ont un mot tout à fait analogue : ancien islandais, ambat, ambot, et anglo-saxon. aembeht, serviteur ; suédois, embete, charge, ministère ; hollandais, ambagt, métier ; allemand, amt, fonction ; gothique andbaths ; ancien haut allemand, ambaht, serviteur ; gothique, andbahti, service. M. Diez remarque, en faveur de l'origine germanique, que le bas-latin ambactia ne peut découler de ambactus, le suffixe ia n'étant pas usité, mais qu'il peut découler du gothique andbahti. Tout cela montre en tout cas que ambactus, ambactia, et par suite les formes romanes, sont dues aux nations que les Latins nommaient transalpines. Cela posé, il est difficile de décider entre le celtique et l'allemand ; mais sans doute en cette circonstance, comme en plusieurs autres, le celtique et l'allemand ont eu une forme très voisine qui est venue se confondre dans le bas-latin. AMBASSADE. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
Ilz conterent au gentil conte et à son frere leur ambaxade, pourquoy ilz estoient expressement envoyez à eulx , J. LE BEL , Vrayes Chroniques, t. I, p. 121