amerement

Prononciation : a-mê-re-man
Nature : adv.

Avec amertume. Il ne s'emploie qu'au figuré. Regretter amèrement.
Je pleurais amèrement en vous écrivant , SÉV. , 42
XIIe s.
E Fenenna iço li turna à repruce, e acoustuméement l'en atarjout, e amerement rampodnout , Rois, 3
Por ceu plorerent li engele de paix amerement, et si disoient.... , ST. BERN. , 547
XVe s.
Ce bon orfevre avoit un serviteur qui estoit amoureux et jaloux tres amerement de sa dame , LOUIS XI , Nouv. LXXXV
Si commença à soi desmen ter et crier plus amerement que devant , ID. , ib. 98
XVIe s.
Or est ma cruelle ennemie Vengée bien amerement , MAROT , II, 243
Ce que le roy ayant entendu, s'en aigrit et courroucea si amerement, qu'il commanda incontinent que l'on luy tranchast la teste , AMYOT , Artax. 18
Amère, au féminin, et ment ; provenç. amaramen ; ital. amaramente.