ALUMELLE

Prononciation : a-lu-mè-l'
Nature : s. f.

1Lame de couteau ou d'épée. Vieux. 2Terme de marine. Petite plaque de fer qui sert à garnir la mortaise du gouvernail. 3Outil d'acier qui sert à polir et à achever les peignes. XIIIe s.
Qui tel fait faire li veïst, Dui fust qui pitié n'en preïst, Quand si veïst Dido la bele Sor la pointe de l'alemele , la Rose, 13412
Qui a deux cornes à la teste, Si tranchans comme une alemele , le Bestiaire
XIVe s.
Portant une grant hache à son col, la quelle avoit bien trente deux posses [pouces] d'alemelle , DU CANGE , alumella.
XVe s.
Et ont Irlandois couteaux aigus devant, à large allumelle à deux taillans , FROISS. , III, IV, 42
[Le comte de Foix] fit ouvrir l'huis de la prison, et vint à son fils, et tenoit l'alemelle de son coutel par la pointe , ID. , II, III, 13
Norm. armelle. Alumelle est venu d'alemelle, par une fausse assimilation avec le verbe allumer, qui n'a rien de commun avec alumelle. Alemelle est composé de la préposition à, et de lamelle, petite lame (voy. LAMELLE). On trouve dans une ordonnance de 1680 la forme correcte : allemelles de couteaux de toutes sortes, le cent pesant payera trente sols.