ALLURE

Prononciation : a-lu-r'
Nature : s. f.

1Façon de marcher. Ralentir son allure. On reconnaît certaines gens à leur allure.
Il était guindé dans toutes ses allures , HAMILT. , Gramm. 7 Il se dit du cheval. Les trois allures naturelles du cheval sont le pas, le trot et le galop. Par extension, en parlant du soleil :
Tu dois ta flamme à tout le monde ; Et ton allure vagabonde.... , MALH. , II, 3
2Fig. Marche habituelle des choses.
La monarchie avait son allure par des ressorts qu'il fallait toujours remonter , MONTESQ. , Esp. XXX, 4
L'intolérance, front levé, Reprendra son allure , BÉRANGER , Mission. Tournure que prend une affaire. Cela prend une mauvaise allure.
3Conduite d'une personne dans une affaire. Son allure n'est pas franche.
Je me défie des allures des gens paresseux , SÉV. , 302
4Ce jeune homme a des allures, il a quelque commerce secret de galanterie. Cette locution a vieilli. 5En termes de marine, direction de la route d'un bâtiment par rapport à celle du vent ; disposition de voilure appropriée à cette route. 6En termes de chasse, distance de l'empreinte des pieds de devant à celle des pieds de derrière. Allures du cerf, les endroits par où il passe. 7En termes de mineur, état d'un filon dans la roche ou dans le terrain qu'il traverse. 8En termes d'usine, allure d'un feu ou d'un fourneau, sa manière de se comporter dans les opérations métallurgiques. XIIe s.
Si tost cum li ber fu sur sun cheval sailluz, Grant alure s'en est à la porte venuz , Th. le mart. 47
Sur les chiefs des trefs ki furent defors, furent faiz unes allures de set alnes [aunes] de led [large] , Rois, 246
Et li reis Achazias chaïd as alures amunt de une sue maisun qu'il out en Samarie, si en fud malade e mahaignez , ib. 844
XIIIe s.
Lors m'en alai grant aleüre [vitesse] , la Rose, 513
Dont chevaucha à toute sa bataille vers les fuians grant aleüre , VILLEH. , 144
Les messagers le roi ariverent au port d'Antioche et dès Antioche jusques à leur grant roy trouverent bien un an d'aleüre à chevaucher dix lieues le jor , JOINV. , 262
XVe s.
[Il] ot belle aleure, voix d'omme de beau ton , CHRIST. DE PISAN , Charles V, I, ch. 17
XVIe s.
Dont à l'heure Thony s'en vint sur le pré grand alleure Nous accorder , MAROT , I, 221
S'ilz alloyent de cul, vous eussiez estimé estre leur alleure naturelle , RAB. , Pant. V, 29
L'ennemy n'osa faire contenance de les attendre, ains print le chemin pour se retirer aux grandes alleures à Verceil , M. DU BELL. , 251
Aller. La forme ancienne régulière est aleüre, dont la contraction s'est faite de très bonne heure et qui suppose un bas-latin, alatura.