ALLAITER

Prononciation : a-lè-té
Nature : v. a.

Nourrir de son lait. XIIe s.
Ke faites vos, signor roi, Ke faites-vos ? Aoreiz-vos donc un alaitant enfant en une vil bordele et envolepeit en vils dras ? , ST BERN , p. 550
XIIIe s.
Et vostre filz qui mès n'alete [se nourrit de lait], Qui a en cest an esté nez, Aura, se vos si le volez, A son mengier cel veelet Qui est tendre et est de let , Ren. 6136
Ceste l'aleta de son lait ; N'ot autre boulie à li pestre , la Rose, 10182
Autre amor naturel i a, Que nature es bestes crea, Par quoi de lor faons chevissent, Et les aleitent et norrissent , ib. 5789
Vierge fu norrie, Vierge Dieu porta, Vierge l'aleta, Vierge fu sa vie , RUTEB. , II, 8
Là où la mere vuet son enfant alaitier, Ne trove ele en son pis qu'il en puisse sucier, Les ieus clot, si se muert por le grant desirier , Ch. d'Ant. VII, 267
Quant les meres sont mortes, si crient li enfant, Sor les pis lor montoient, les mamelles querant, La mere morte alaitent [tettent], ce fu dolor moult grant , ib. III, 41
Donques porroit uns enfes qui alaiteroit encore se [sa] mere, dessaisir se de son heritage , BEAUMANOIR , XV, 22
XVe s.
Et durant le chemin prirent plusieurs enfants allaitans leurs meres, et les jetoient sur les espines et sur les haies en les lapidant très horriblement , MONSTREL. , liv. II, ch. 39
Ces Anglois mangeoient des raisins à foison, quand ils en pouvoient avoir, ce qui estoit chaud, doux et alaitant , FROISS. , II, III, 83
XVIe s.
Semblablement les enfans allaitans nourrices verollées en sont infectés , PARÉ , XVI, 2
L'un Bissipat, que neuf soeurs allaicterent , MAROT , III, 308
Allactare, de al pour ad (voy. v), et lactare, donner du lait, de lac, lait (voy. ce mot).