allegement

Prononciation : a-lè-je-man
Nature : s. m.

1Diminution d'un poids supporté. Allégement d'un plancher, d'un navire. 2Soulagement, adoucissement.
Et tout l'allégement qu'elle en peut espérer, C'est.... , CORN. , Hor. III, 3
Ne me refusez pas ce triste allégement , CORN. , Médée, V, 4
Mon âme avait trouvé, dans le bien de te voir, L'unique allégement qu'elle eût pu recevoir , CORN. , Cid, III, 4
Si cela fait à votre allégement [si cela peut vous consoler] , MOL. , le Dép. III, 4
Un solide allégement , PASC. , édit. Cous.
3En termes de graveur, action de la main qui forme des tailles ou des hachures en appuyant moins dans un endroit que dans l'autre. XIIe s.
Quant de lui [d'elle] [je] n'ai confort n'alegement , Couci, XXII
Conforteir lo travailhant, ce est ester avoc lui en travailh, car aligemenz est del travailh la veue del travailhant companion , Job. p. 467
XIIIe s.
Quant ele oï ce serement, Moult li fut grant alegement Du grant duel qu'ele demenoit , la Rose, 16452
Amors ne viaut [veut] pas que je meure, Ains viaut que j'aie alegement , ib. 1861
Nus ne doit noient de l'alegement de sa nef, ne par grant iaue, ne par petite , Liv. des Mét. 287
XVe s.
Voulez-vous sans allegement En douleur finer vostre vie ? , CH. D'ORL. , Bal. 6
XVIe s.
Cela au moins apporte quelque gracieux et honeste allegement à leur passion , AMYOT , Comm. refrén. la colère, 8
Par ainsi ce sera un allegement bien meigre ou du tout nul aux pecheurs , CALV. , Instit. 504
Ils cerchoient allegement de leur douleur , CALV. , ib. 531
Si le malade sent allegement de sa douleur , PARÉ , XXI, 20
Alléger ; provenç. aleviament. L'Académie écrit allégement avec un accent aigu ; mais la prononciation est comme s'il y avait un accent grave.