allecher

Prononciation : a-lé-ché ; la syllabe lé prend l'accent grave quand suit une syllabe muette : j'allèche, excepté aux
Nature : v. a.

1Attirer par quelque appât. Les noix allèchent les souris. 2Fig. Attirer, séduire. On l'avait alléché par la promesse d'une grande place. XIIIe s.
De cuer trestuit devons aïr mortel pechié, Dont moult de gens, c'est duel [deuil], sunt sovent entechié ; Par droite accoustumance i sunt si alechié, Que Dieu veoir ne pueent... , J. DE MEUNG , Test. 1540
XVIe s.
Ce n'a pas esté son appetit inferieur seulement, ou sensualité, qui l'a alleché à mal , CALV. , Inst. 177
Les pescheurs usent d'appast puants pour allicher les poissons , PARÉ , Mumie, 8
Puis donne voile, et sans plus t'allecher [te laisser aller aux plaisirs], Va-t-en ailleurs ta fortune chercher , RONS. , 633
Tout le reste de la multitude alleché du gaing qu'ilz faisoient , AMYOT , Sylla, 55
Berry, allicher ; ital. allettare ; du latin allectare, de allicere, attirer, de ad, vers, et de licere pour lacere, prendre, attirer. Lacere est le radical de laqueus, lacs (voy. ce mot). On aurait pu croire que allécher venait de lécher ; mais la comparaison avec l'italien et le latin montre qu'il s'agit ici du verbe allectare.