ALIZE

Nature : s. f.

Voy. ALISE. m Vents alizés, vents qui soufflent généralement entre les tropiques, de l'est à l'ouest.
Ils se servirent des moussons et des vents alizés qui étaient une espèce de boussole pour eux , MONTESQ. , Esp. XXI, 9
Sur le soir, la pluie cessa, le vent alizé du sud-est reprit son cours ordinaire , BERN. DE ST-PIERRE , Paul et Virg.
Pour l'observateur qui se croit immobile, l'air paraît souffler dans un sens opposé à celui de la rotation de la terre, c'est-à-dire d'orient en occident, c'est en effet la direction des vents alizés , LAPLACE , Exp. IV, 13
Espagn. alisios. On a fait venir ce mot de l'italien alito, souffle, étymologie bien peu probable ; car il faudrait que les Espagnols et les Français eussent pris à l'italien alito qui n'est pas dans leur langue pour en former un mot qui n'est pas dans l'italien. " Grande question, dit l'abbé de Choisy, Journal du voyage de Siam, in-4, 1087, p. 392 : L'avis le plus suivi est qu'il faudrait dire vents elisez, comme qui dirait vents electi, vents choisis. " On a cité le bas-breton avel e-leiz, le vent en plein ; mais comment admettre sans document qu'un mot bas-breton a pris domicile dans l'espagnol ? L'espagnol alisios fait penser à alisar qui signifie lisser, rendre uni ; à l'ancien français alis, uni ; par conséquent alisios, alisés, seraient les vents unis, réguliers (voy. LISSE).
Voici des exemples de cet ancien adjectif alis : Vestue fu la dame par cointise ; Moult est bele, grele, gente et alise , Romanc. p. 9
Si ot [Beauté] le vis [visage] cler et alis , la Rose, 1006
Pain trop levé, pain aliz , Livre des Mét. 16
Atant [ils] manjuent aus dens la miche alise, Tant que chascune a sa force reprise , DU CANGE , assisioe.
Alizes sont les choses serrées comme le caillou, et le pain broyé auquel n'a esté donné lieu de se lever, et toutes choses qui sont si bien condensées qu'il n'y a aucuns pores apparens , PALISSY , 377